Nicolas Ruel, capteur de l’insaisissable

Photographe à l’âme d’un grand globe-trotter, Nicolas Ruel sillonne le monde et tente de rendre compte de sa perception singulière qui en découle par le médium de l’image photographique.  Contrairement à bien des photographes, son travail ne s’arrête pas là.

Son exposition 8 secondes met en scène de magnifiques photographies prises dans une trentaine de villes à travers le monde.  L’originalité de son travail repose sur une approche photographique qui relève d’une technique bien particulière : une longue exposition, de 8 secondes, permet de mettre en relief le mouvement et de l’accentuer.  S’y ajoute une ouverture en travelling qui permet de juxtaposer plusieurs plans à la fois.

Chicago, Nicolas Ruel

Chicago © Nicolas Ruel

Fasciné par l’impermanence et le mouvement, le montréalais tente d’appréhender le réel dans des lieux de transit comme les gares, les parcs, les chantiers et autoroutes.  Sa démarche artistique questionne quant à la permanence des êtres, des lieux et des choses.  En mettant ainsi en relief divers paliers de réalités, elle pose un regard sur l’évolution, le changement et l’éphémère, tout en nous offrant une vision qui frôle l’onirique et qui semble jaillir de son imaginaire.

New York Central Park Nicolas Ruel

Central Park © Nicolas Ruel

Retiro, Buenos Aires © Nicolas Ruel

Retiro, Buenos Aires © Nicolas Ruel

Midnight Stand, Tokyo © Nicolas Ruel

Midnight Stand, Tokyo © Nicolas Ruel

Ces photographies sont également présentées de manière non-traditionnelle.  Évoquant les anciens procédés, Ruel a recours à une impression sur de l’acier inoxydable :  "je dois composer avec une présence sculpturale comme s’il s’agissait d’une image à cristalliser. Je photographie la ville en sachant que le métal, agissant comme un prisme, modifiera à son tour la réalité. Ainsi s’ordonnent les villes imaginaires que j’inventorie."

En tant que photographe amateur qui s’intéresse à l’imaginaire, à l’éphémère et aux rêves (principalement dans ses écrits) j’admets être complètement envieuse et charmée par l’originalité et l’excellente maîtrise de ce procédé mis de l’avant par Ruel.  La pertinence de son concept est de plus en adéquation avec son rendu sur métal.  Cette seconde distorsion de la réalité, qui fait apparaître ou disparaître selon notre perception, nous donne l’impression d’être devant un monde que l’on épluche ou que l’on effiloche bien plus qu’on ne l’observe.  Sous nos yeux, Ruel fige ce qui justement ne se fige pas, le mouvement, et déploie le temps qui s’écoule comme un bien grand rêve versicolore.

Si vous passez par Paris d’ici le 11 juin, rendez-vous à la Galerie Seine 51 pour admirer ces superbes photographies.  Sinon, les expositions 8 secondes et Brasília seront à l’honneur dès septembre à la Galerie Lacerte à Montréal.

Absolument, à voir !

8 secondes, Nicolas Ruel.

About these ads
Cette entrée, publiée dans Photographes globe-trotters, Un monde à contempler, est taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

7 réponses à Nicolas Ruel, capteur de l’insaisissable

  1. fabrice dit :

    Beau travail, je ne connaissais pas!

  2. Noémie dit :

    Wow, j’adore! Merci pour la découverte, j’irai certainement faire un tour à l’exposition cet automne :)

  3. Pingback: Une photographe globe-trotteuse de talent… | Como la Espuma

  4. Quelquepart dit :

    Merci d’avoir envoyé ceci de nouveau. Ça me tente beaucoup. Vais définitivement essayer d’aller voir.

  5. Pingback: Des villes sous la pluie … | Como la Espuma

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s