Les ticos et l’enfant de la lune

5h30 du matin.

Le soleil plombe déjà.  En attendant une carte de crédit qui n’arrive toujours pas (merci Visa Desjardins pour le service à la clientèle de m… avant mon départ 😉 ! ), Roukie et moi allons explorer davantage ce petit quartier annexé à Alajuela.  Quelques poussées de poussette plus loin, je réalise que je peux seulement me promener le long de la rue principale et qu’il n’est pas question de descendre dans le dédale des rues qui mènent à des quartiers un peu plus chauds.  Un vieillard sympatique me hèle d’ailleurs, me confirmant le tout en me voyant sortir mon appareil photo.  Les photos, c’est bien, mais sur cette calle là, pas les autres si je tiens le moindrement à mon appareil.  Connaissant la mauvaise réputation de San José à cet effet, je ne m’obstine pas et j’optempère. De acuerdo …

Malgré cela, d’entrée de jeu, le peuple costaricien m’apparaît beaucoup plus sympathiques que certains peuples des  régions mexicaines (quoique, c’est de la généralisation on s’entend, j’adore les mexicains !)  Le regard doux et dénué d’agressivité, les ticos sont reconnus pour leur caractère plutôt paisible.  Avec le Nicaragua, c’est le pays d’Amérique Centrale réputé comme étant le plus sécuritaire pour voyager seule.  Je n’oserai pas dire que se l’est davantage avec Roukie, mais les ticos ont énormément de respect pour les enfants. Avec sa chevelure rousse, elle attire la coquine.  La bonita rubia, la hija de la luna, disent-ils.  Enfant de la lune, selon une légende… J’aime !

Le long de notre promenade, on découvre ainsi notre première plantation de café, des maisons au portail clôturé … même quelques curiosités …

La région est belle.  N’empêche, mon enfant de la lune trépigne d’impatience de goûter un brin à ce vaste et à la fois petit, mais combien contrasté pays …

Au fait, si on les surnomme les ticos c’est à cause de cette manière qu’ils ont d’ajouter des -ticos- à la fin de certains mots.  Par exemple, ils diront un momentico plutôt que un momentito … Outre cette jolie particularité, leur espagnol est fluide, presque sans accent et ainsi très aisé à comprendre.

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques de ruelles, Costa Rica, Roukie sur la route..., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les ticos et l’enfant de la lune

  1. Sylvain dit :

    C’est génial de suivre ton périple. Tellement de choses hors de l’ordinaire: les gens, les atmosphères et Roukie. Merci du partage, c’est comme y être un peu.
    Bonne route les filles!
    Sylvain

  2. Sylvain dit :

    P.S.: L’enfant lune et non dans la lune. lolllll

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s