¡ Feliz Cinco de Mayo !

Non, ce n’est pas la fête de l’indépendance du Mexique tel que beaucoup le croit … Celle-ci est plutôt célébrée le 16 septembre de chaque année pour commémorer le fait que le prêtre catholique Miguel Hidalgo invita ses paroissiens à prendre les armes contre le gouvernement espagnol ce matin-là en 1810. Les amateurs de Tequila Reposado (la meilleure!) « cul sec » comprendront maintenant pourquoi on dit boire la Tequila à la Hidalgo, et pourquoi on trinque en évoquant le nom de ce personnage important. ¡Al Hidalgo!

Le Cinco de Mayo souligne plutôt la victoire des Mexicains sur l’armée française lors de la bataille de Puebla,  le 5 mai 1862. L’année précédente, le Royaume-Uni, l’Espagne et la France avaient adopté la Convention de Londres, qui s’engageait à régler la question de la dette mexicaine de plus de 80 millions de pesos. Des négociations eurent lieu mais n’aboutirent pas. Et la Convention mit pour cadre l’Expédition du Mexique. Ce dernier souffrant d’une économie instable depuis l’indépendance, devenait une belle opportunité pour la France d’essayer d’y installer un régime à sa solde.  Elle débarqua avec 6500 hommes près de Puebla où c’était retranchée l’armée mexicaine de 4500 hommes. Malgré son infériorité et un manquement d’armes évident, l’armée mexicaine sous les ordres d’Ignacio Zaragoza réussit à repousser les Français.

Étonnamment, le Cinco de Mayo est célébré davantage aux États-Unis par le peuple mexicain qu’au Mexique lui-même. Certes, quelques villes mexicaines et Puebla sont en fête et célèbrent la détermination mexicaine  : parades, danses, mariachis, costumes traditionnels, feux d’artifices, gastronomie mexicaine, Dos Equis et Corona sont distribués dans les rues. Pour avoir eu la chance de fêter avec le peuple mexicain quelques fois dans les rues de petites villes lors de fêtes religieuses, c’est vraiment très festif ! (Il faudrait au Québec ou en France s’imaginer les célébrations de la Saint-Jean ou de la Bastille avec plateaux de nourriture et alcool offerts en abondance et gratuitement dans les rues …)

Même si cet événement ne nous touche pas de près, n’en demeure que c’est une belle occasion pour plonger dans la culture mexicaine. Pour une amoureuse du Mexique et de ses habitants comme moi, le Cinco de Mayo est un bon prétexte pour plonger dans mes amours mexicaines. Chez moi, Chavela Vargas, Lola Beltrán et les grands mariachis pleurent avec intensité leur passion et leur douleur tandis que ça sent la guacamole, le pozole, à défaut de savoir apprécier le Mole poblano à sa juste valeur, la cholula et le cilantro à plein nez.

¡ Al Zaragoza !

Maguey espadin, Agave de laquelle on tire le jima pour la fabrication de la Mezca, près de Matatlán, Oaxaca.

Maguey espadin, agave de laquelle on tire le jima pour la fabrication du Mezcal, près de Matatlán, Oaxaca.

 

Amours mexicaines : De Acapulco à Huatulco, autre regard sur le Mexique, Como te extraño Mexico Querido¡ Cozumel me espara !, De la plume au pinceau, mise en mots de Kalho, Là où tout nait et tout s’estompe

 

Publicités
Cet article, publié dans Mexico Quérido, Puebla, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s