Les rives écarlates de la Pointe-Taillon

Il y a de ces endroits fabuleux qu’on découvre et face auxquels par la suite on demeure hésitant. On jongle avec l’idée de les garder au creux de soi comme un mystère, les conserver égoïstement pour qu’ils demeurent presque déserts pour le moment où on y retournerait, afin que le tourisme n’y pullule trop et gâche ainsi le charme de la destination.

J’ai ressenti un brin ce dilemme en découvrant un tronçon de la longue rive sablonneuse ceinturant la partie sud du Parc National de la Pointe-Taillon. Un petit tronçon puisque le parc est comme une péninsule qui longe le Lac St-Jean sur 18 kilomètres pour border par la suite la rivière Péribonka sur presque tout autant au nord. Cet instant où tu te dis également « mais comment donc ce parc entretenu par la Sépaq n’est pas davantage connu ? » (du moins de mon point de vue de fille montréalaise).

Il ne faut surtout pas se limiter à la plage Taillon, une blonde plage surveillée, image001pour explorer le parc. Même si elle y était quasi déserte lors de mon passage, je peux également l’imaginer un brin plus bondée lors des canicules. Du moins, je me dis que ceux qui y passent la journée sans aller un peu au-delà manque réellement quelque chose et commettent une erreur. Il faut au moins aller vers l’ouest, en marchant ou en vélo, pour se rendre à la hauteur des campings rustiques de 2 à 5 kilomètres plus loin (et idéalement y camper.) pour découvrir une rive où les filons colorés de sable se chevauchent. Je n’exagèrerai presque pas en écrivant qu’à un moment j’ai ressenti cette impression de me retrouver sur les plages blondes, noires et cuivrées de la côte caraïbéenne du Costa Rica. Les palmiers en moins, on s’entend. Des bouts de mer, j’en ai vus de toutes sortes. Mais des bouts de lac de ce genre au Canada, bien peu.

DSC_0700Sur 15 kilomètres, le sable de la Pointe-Taillon est constitué de minéraux semi-précieux amenés par la rivière Péribonka qui lui donnent à la plage un très joli un aspect cuivré et violacé. Grenat, zircon, magnétite, autant de minéraux semi-précieux qui s’entremêlent et qui forment un sable fin et octroient à l’endroit un caractère unique. Les campings rustiques qui longent la rive ne sont pas accessibles en voiture. On s’y rend donc à vélo, à pied ou en embarcation. Si personne, ou presque, n’est dans les parages vous éprouverez peut-être cette sensation de bout du monde.

L’environnement de la presqu’île paraît fragile et elle l’est. L’eau du lac étant maintenue élevée à l’automne, cela contribue d’autant plus à accentuer l’érosion des berges. On trouve également dans le parc dunes et tourbières ainsi que des castors et des orignaux qui y vivent. Il s’agit d’ailleurs d’un des endroits au Québec où la concentration en orignaux serait la plus forte.

Bref, j’étais renversée de découvrir ce petit coin de paradis du Québec. Et je me suis promis d’y retourner et de camper directement sur la plage (oui, on peut dans le premier secteur !) et de m’endormir au son des vagues de cette étonnante mer intérieur qu’est le lac Saint-Jean.

Pratico-Pratique :

-À l’entrée du parc, des remorques permettent de transporter le matériel de camping.

-Ceux se trouvant sur le bord du lac Saint-Jean se trouvent non loin, entre 2 et 5 kilomètres, et comportent des point d’eau (non potable, faites vos réserves !) et toilettes sèches.

– Le Camping Pointe-Chevrette, à 20 km du stationnement secteur Taillon ou à 11 km du stationnement secteur Sainte-Moniqu, ou à 1.5 km de la marina de Péribonka, se trouve aux abords de la rivière. Il est également possible de se rendre sur l’île Bouliane pour y camper (un petit point de paradis, m’a-t-on dit !) 5 km nautiques de la marina de Péribonka,

-À partir de la plage surveillée, il est possible de louer des embarcations, canot, kayak de mer et récréatif et Stand-Up Paddle, ainsi que des vélos.

– 45 kilomètres de pistes cyclables traversent le parc ! Enfourchez votre vélo !

DSC_0703

**

Pour plus d’informations, consultez le site de la Sépaq

Merci à Hugues Ouellet d‘Équinox Aventure pour la belle découverte et à Tourisme Saguenay Lac St-Jean !


IMG_6235

Publicités
Cet article, publié dans Chroniques d'écume, Chroniques de flore, Saguenay Lac-St-Jean, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s